Emmanuel Vanlauwe, Naturopathe à Mâcon
MEDIC CENTER - 119 RUE FRANCOIS XAVIER BICHAT, 71850 Charnay-lès-Mâcon
 
06 37 81 24 26
Disponible de 8h à 20h
 
Emmanuel Vanlauwe, Naturopathe à Mâcon
 
Disponible de 8h à 20h
 
06 37 81 24 26
 
MEDIC CENTER - 119 RUE FRANCOIS XAVIER BICHAT, 71850 Charnay-lès-Mâcon
Emmanuel Vanlauwe
Naturopathe et préparateur mental à Mâcon

LA PERIOSTITE : UN PROBLEME BIEN CONNU CHEZ LES COUREURS

Sport

Les coureurs à pied connaissent bien cette blessure, je veux parler de la périostite. Une périostite, comme son nom l’indique est une inflammation du périoste au niveau du tibia. Elle affecte tout particulièrement les sportifs pratiquants la course.

Qu’est-ce que le périoste ?

C’est une membrane fibreuse, blanche, plus ou moins épaisse et résistante selon l’âge, qui recouvre complètement l’os, sauf au niveau des points d’incrustation des cartilages et d’insertion des tendons. Le périoste se compose d’une couche externe conjonctive et d’une couche interne formée de fibres élastiques et d’ostéoblastes. Il sert à  la distribution des vaisseaux dans le tissu osseux et à la formation et la régénération de ce dernier. C’est également une membrane qui est innervée et vascularisée.

Physiopathologie 

Cette inflammation du périoste peut être causée par des courses sur des terrains durs et/ou des chaussures inadaptées. Elle peut être causée par des tractions excessives sur les zones d’insertion des muscles sur le périoste avec souvent comme origine des rétractions musculaires ou des mauvais appuis. Elle peut résulter de contraintes anormales au niveau de l’os, ces contraintes sont provoquées par une hyper sollicitation des insertions osseuses des muscles du plan postérieur de la jambe.

La périostite peut être accentuée avec des défauts techniques de course et de matériel comme par exemple des chaussures inadaptées à la morphologie du pied, un défaut d’alignement des foulées avec une rotation externe du membre inférieur etc. Mais également par des facteurs individuels comme par exemple un échauffement insuffisant, un étirement sous-estimé, une hydratation et une nutrition inadaptée.

En particulier une hyper pronation conduit inévitablement à la périostite. En effet plus la pronation est marquée et plus le contrôle sera important. Donc des contractions répétées des muscles supinateurs tirent sur le périoste et provoque à son terme une inflammation. Cependant, la pronation du pied n’est pas à bannir totalement car elle a un rôle important dans l’absorption du choc lors de la première phase d’appui. Cette pronation doit bien entendu rester dans les valeurs physiologiques pour éviter la périostite.

Les symptômes sont des douleurs de type brûlures, lors de la pratique sportive. Ses douleurs sont situées à la face antéro-interne du tibia. Cette douleur survient plutôt lors de l’échauffement ou du footing ou encore lors des sauts ou des impulsions et plus rarement lors de sprint. On peut même voir apparaître une boiterie lors de la marche de récupération.

Traitement 

Le traitement de la périostite dépend de la cause mais le repos et la prise en charge éducative sont les clés du traitement. Les 2 premières semaines, un arrêt total de la course doit être envisagé. On associera à ce repos des anti-inflammatoires, de la kiné avec de la rééducation appropriée. À partir de la 3e semaine, on peut commencer la réathlétisation, la kiné est poursuivie ainsi que les étirements.

En conclusion pour se débarrasser de ce désagrément, il faut adapter sa pratique et son environnement. Du repos, de la rééducation et à long terme de la prévention avec une correction des troubles morpho–statiques doivent être mis en place afin d’éviter une récidive.

Source : Running Care


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.