Prendre rendez-vous en ligneDoctolib

Emmanuel Vanlauwe, Naturopathe à Charney-les-Mâcon

MEDIC CENTER - 119 RUE FRANCOIS XAVIER BICHAT, 71850 Charnay-lès-Mâcon
 
06 37 81 24 26
Disponible aujourd'hui de 8h à 21h30
 

Emmanuel Vanlauwe, Naturopathe à Charney-les-Mâcon

 
Disponible aujourd'hui de 8h à 21h30
 
06 37 81 24 26
 
MEDIC CENTER - 119 RUE FRANCOIS XAVIER BICHAT, 71850 Charnay-lès-Mâcon

UNE REPONSE INFLAMMATOIRE OPTIMALE

09 Fév 2022 Emmanuel Vanlauwe Naturopathe Médecine nutritionnelle et fonctionnelle

L’inflammation est un processus physiologique complexe permettant de nous défendre lorsque l’intégrité territoriale de notre organisme est menacée par un agresseur : agent biologique, physique ou chimique.

L’inflammation est un véritable « champ de bataille » où nos systèmes de défense combattent au quotidien les ennemis qui nous agressent.

Face à ces agressions, la réponse inflammatoire se déroule en deux phases : une phase d’initiation et une phase de résolution, c’est cette phase de résolution qui permettra un retour à l’homéostasie.

Ces deux processus, initiation / résolution, sont deux processus biochimiques activement orchestrés et régulés en partie par des médiateurs lipidiques dérivés d’acides gras polyinsaturés.

 

INITATION

Lors de l’initiation, nos systèmes vont produire des cytokines, des chimiokines et des médiateurs lipiques produits à partir de l’acide arachidonique et de l’acide eicosapentaénoïque (prostaglandines, leucotriènes…). Ces médiateurs pro-inflammatoires vont permettre une vasodilatation et une augmentation de la perméabilité vasculaire. Ils vont permettre le recrutement des cellules de défenses : neutrophiles (et macrophages), et faciliter leur passage à travers la paroi des capillaires sanguins pour se rendre rapidement sur le site de l’inflammation.

Lorsque l’inflammation devient chronique, l’intensité de la réaction inflammatoire devient exagérée. Ces excès de signaux, cette transmission exacerbée du signal, et l’intensité de la réponse dépend en grande partie de notre hygiène alimentaire et de notre état psycho-émotionnel. En effet, la malbouffe et le stress provoquent une dégradation de la fonctionnalité de notre barrière intestinale, entrainant une dysbiose voire une hyperperméabilité intestinale qui sont autant de situations qui altèrent nos barrières et donc surcharge notre système immunitaire.

Afin de moduler cette réponse, il est important de veiller à introduire dans notre alimentation, des omégas 3 et des omégas 6, en respectant le rapport de 4 omégas 6 pour 1 oméga 3.

Donc la réponse inflammatoire conditionne l’étendue et l’importance des lésions tissulaires et par conséquent la gravité de la maladie.

 

RESOLUTION

La résolution est activée par la conversion de classe des médiateurs lipidiques. Lors de cette phase de résolution, il y a une diminution de la production des prostaglandines, des leucotriènes et une production des médiateurs spécialisés de la résolution : les SPMs (lipoxines, résolvines, protectines, marésines). Les SPMs sont produit à partir de l’acide arachidonique, mais surtout à partir de l’acide eicosapentaénoïque et de l’acide docosahexaénoïque (EPA et DHA). Ces médiateurs spécialisés fonctionnent comme des agonistes de la résolution, en orchestrant celle-ci, afin de faciliter le retour à l’homéostasie et à la guérison des tissus.

En phase de résolution, les macrophages M1 se transforme en macrophages M2 (macrophages antiinflammatoires). Egalement cette phase provoque la destruction de la cause de l’inflammation, un retour à un flux sanguin et à une perméabilité des capillaires normaux. Les neutrophiles réquisitionnés lors de l’initiation meurent par apoptose. Un nettoyage du site inflammatoire et l’élimination des cellules mortes  sont réalisés par phagocytose.

Finalement, le retour de l’homéostasie est instauré par une réorganisation et une régénération cellulaire et tissulaire.

 

LES SOLUTIONS DE LA MEDECINE NUTRITIONNELLE ET FONCTIONNELLE

1 – Réparer et soutenir les barrières qui sont nos premières lignes de défenses de notre système immunitaire

2 – Normaliser les voies de signalisation de l’inflammation en augmentant l’apport en modulateurs de l’activité des kinases

3 – Rétablir le rapport AA/EPA qui détermine l’intensité de la réaction inflammatoire en augmentant l’apport d’omégas 3

4 – Combler les carences en EPA et DHA qui sont les précurseurs des SPMs

5 – Eviter le déficit de transformation de l’EPA et DHA en résolvines, protectines, marésines (souvent lié à un polymorphisme génétique, mais aussi du à une carence en micronutriment nécessaire à cette transformation).

6 – Apporter directement les SPMs : 17 HDHA, 18 HEPE, 14 HDHA afin d’éviter le déficit en transformation

 

Pour une réponse inflammatoire et immunitaire optimale, n’hésitez pas à prendre rendez-vous


Articles similaires

Derniers articles

Minéraux et oligo-éléments

LE MUSCLE PSOAS

A QUOI SERVENT LES ANTIOXYDANTS

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.